Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Un nouvel émissaire à Port-Vendres

Un nouvel émissaire à Port-Vendres

Il compte parmi les chantiers les plus importants menés ces dernières années sur sa façade maritime par la communauté de communes Albères-Côte Vermeille-Illibéris : un nouvel émissaire est en cours d’installation à Port-Vendres.

 

Le 6 septembre, ce chantier impressionnant a fait l’objet d’une visite réunissant des maires de la communauté de communes, des représentants du Parc marin et des principaux financeurs : services de l’Etat, Région, Département, Agence de l’eau, communauté de communes et, généralement, tous les acteurs qui ont contribué à la mise en place de l’opération.

 

Un chantier d’envergure

 L’émissaire est une canalisation de rejet en mer des eaux traitées (autorisé par arrêté préfectoral de 2008) en dehors des zones accueillant les activités humaines : baignade, plongée, etc.

Celui de Port-Vendres complète l’équipement de la station d’épuration commune à cette ville et à Collioure. Il traverse la digue de la Jetée et emprunte les fonds sous-marins en direction du Cap Béar.

Long de 600 mètres et d’un diamètre de 300 millimètres, l’ouvrage d’origine datait de 1973. Dégradé par la houle, d’une étanchéité peu fiable, il était devenu obsolète malgré des réparations régulières. Le remplacer tout en le positionnant de manière plus pertinente devenait urgent.

Menés sous la coupe de la communauté de communes Albères-Côte Vermeille-Illibéris, les travaux ont débuté avant l’été. Ils se poursuivront jusqu’en novembre. Le nouvel émissaire mesure 350 mètres, dont 110 mètres traversent la partie rocheuse. Sa pose obéit à la technique du Microtunnel. Celle-ci permet une installationsouterraine qui évite la pose sur le fond rocheux et la dégradation de la vie marine particulièrement riche.

Au-delà de l’aspect technique de l’opération, cet émissaire répond donc à de nombreux objectifs.

Un enjeu environnemental

Tout d’abord, il améliore sensiblement le fonctionnement du système d’assainissement grâce à la mise aux normes européennes de la station d’épuration et la construction d’une filière épuratoire entièrement biologique : une donnée essentielle pour la Côte Vermeille synonyme de biodiversité terrestre et marine exceptionnelle. Enfin, il permet de mutualiser et d’optimiser les équipements entre Collioure et Port-Vendres. Le rapport qualité-prix du service est ainsi maîtrisé.